Cet été (voir article du 9 août 2019), L’Atelier du Furoshiki a rencontré Amandine et Laura, sœurs fondatrices de Le Champ des couleurs basé à La Roque d’Anthéron.

Très belle rencontre et découverte de leur production de Persicaire ou Renouée des Teinturiers en agriculture biologique.

Après s’être fourni en indigo « qualité Indi », la cuve au henné est enfin montée et a donné de magnifiques bleus !

©L’AtelierduFuroshiki

Intensité du pigment, très concentré en indigotine, belle vibration de la couleur !

©L’AtelierduFuroshiki

©L’AtelierduFuroshiki

Je salue la grande qualité du travail de Laura et Amandine et je recommande vivement à tous les teinturiers de se fournir chez elles !

Hâte de tester leur production de Garance et Réséda…

Et bientôt L’Atelier du Furoshiki proposera des furoshiki Indigo sur sa boutique en ligne ! Affaire à suivre…

L’Atelier du Furoshiki cite souvent en exemple les films de Charlie Chaplin et plus particulièrement Les Temps Modernes pour montrer que le furoshiki est universel et que sa version occidentale est tout simplement le baluchon.

Fan de Charlot, l’exposition Charlie dans l’œil des avant-gardes au Musée des Beaux-arts de Nantes a tout de suite éveillé ma curiosité et j’ai plongé avec délice dans l’univers drôle, poétique, décalé et engagé de Charlot qui a véritablement impacté les créations de nombreux artistes européens, russes, américains et sud-américains du début du XXème siècle.

De nombreux extraits de films, qui  raviront petits et grands, sont regroupés et mis en résonance avec des œuvres de Fernand Léger, Marc Chagall, Ivan Vasilievitch, Alexander Calder, etc. abordant ainsi les thématiques de l’homme machine;

la poésie du monde;

l’univers du spectacle et du cirque;

l’absurdité de l’histoire …

Photos extraites du dossier de presse de l’exposition.

Lewis W. Hine, Famille italienne à la recherche de bagages perdus, salle des bagages, Ellis Island, 1905

Miguel Civarrubias, Jean Börlinene immigrant, Dans les limites du quota, 1928


Petit clin d’œil au furoshiki, baluchon symbole de l’itinérance, de la pauvreté, des laissés-pour-compte mis en lumière par ce génie de Charlie Chaplin.

Courrez-y en famille!

Exposition jusqu’au 3 février 2020 (attention choisissez bien vos horaires, cette exposition attire beaucoup de monde!

Lors de ses congés d’été, L’Atelier du Furoshiki en a profité pour découvrir Le champ des couleurs basé à La Roque d’Anthéron.

Amandine et Laura ont repris l’exploitation familiale de maraichage pour développer la culture de la Persicaire (Persicaria Tinctoria), connue aussi sous le nom de Renouée des Teinturiers  (Polygonum tinctorium Aiton) en agriculture biologique.

Cette plante originaire d’Asie (ici, provenant de graines de l’Ile de Sapporo, Japon) est une plante tinctoriale avec laquelle on extrait de l’Indigo sous forme de pigments produisant de magnifiques bleus.
Ces deux sœurs, passionnées d’indigo, se sont formées auprès de Michel Garcia, l’un des initiateurs du renouveau de la teinture végétale en France.
Depuis 2017, elles font un travail formidable au sein de leur exploitation. Le rythme est très intense de la récolte à la transformation en pigments !

La persicaire est récoltée 2 à 3 fois dans l’été. Les feuilles sont ensuite infusées puis le mélange est oxygéné avec un apport de chaux ou argile. La pâte pigmentaire qui en résulte est nettoyée, séchée au four solaire puis broyée pour obtenir le pigment bleu qui servira à la teinture textile, à la savonnerie, etc. La fleurée (mousse bleue qui apparait au-dessus du mélange oxygéné) prélevée et séchée sera réduite en pigments destinés principalement pour les Beaux-arts.

Voici une petite vidéo de la production 2018 réalisée par Le Champ des couleurs :

Les filles cultivent également la Garance et le Réséda qui seront bientôt disponibles à la vente.

L’hiver, période plus calme pour les cultures, Amandine et Laura teignent avec leur indigo et proposent de belles créations textiles.

Si vous avez envie de découvrir leur travail et tester leur indigo, n’hésitez pas à les contacter, l’accueil est très chaleureux : https://www.facebook.com/lechampdescouleurs/ ou http://lechampdescouleurs.com/

 

Dans le cadre du PACT (Projet Artistique et Culturels de Territoire) d’éducation artistique région centre/ CC des Portes Euréliennes d’Ile de France / Ligue de l’enseignement et en relation avec la création Le Rêve du coquelicot de la Compagnie Lili Böm, L’Atelier du Furoshiki est venu animer des ateliers famille d’initiation au furoshiki dans les bibliothèques de Nogent-le Roi, Gallardon et Auneau les 11 et 12 janvier 2019.

Marion Maret a écrit et mis en scène Le Rêve du coquelicot, spectacle jeune public qui traite du thème de la mort, mais pas que (il est aussi question de culture japonaise, de recyclage, etc.), de manière drôle, poétique et engagée.

©Compagnie Lili Böm

C’est également elle qui joue et qui fait vivre le furoshiki au détour d’une scène.

©Compagnie Lili Böm

Elle a donc invité L’Atelier du Furoshiki à partager cette technique avec le public.
Elle a également mené des ateliers d’écriture et de création de marionnettes avec des collégiens autour de la danse macabre.

Une très belle création à découvrir en Eure et Loir, notamment au Théâtre de Chartres le 8 février 2019 et peut-être une prochaine tournée dans toute la France.

Affaire à suivre!

©Compagnie Lili Böm

 

L’Atelier du Furoshiki sera en Eure et Loir les vendredi 11 et samedi 12 janvier 2019 pour 3 ateliers famille d’initiation au furoshiki au sein des Médiathèques de Nogent-le-Roi, Gallardon et Auneau (Toutes les infos dans la rubrique Agenda) dans le cadre du spectacle Le Rêve du coquelicot de la Compagnie Lili Böm dirigée par Marion Maret.

« Poppy (coquelicot en anglais) est malade et passe son dernier été dans une caravane, entre un champ de blé et une déchèterie où elle trouve et recycle tout un un tas d’objets. Un soir sa mort débarque, sous la forme d’un étrange petit yokaï japonais répondant au nom de Pop, et décide de prendre des vacances en s’incarnant dans la poupée que Poppy est en train de réparer. Celle-ci va lui refaire une beauté et elles vont passer l’été à s’apprivoiser et danser le yéyé en compagnie du chat Greffier, tandis qu’une épidémie d’immortalité menace l’équilibre du monde… […]Pop est une figure de la mort, celle de Poppy qui rêve de Japon. Au Japon la mort n’est pas tabou, elle habite la maison. Au retour de l’école, l’enfant se recueille devant l’autel où la mémoire de ses ancêtres est honorée, et se confie à eux.[…] » extraits du résumé de Marion Maret.

Livres
Livre
Furoshiki,
L’art d’emballer avec du tissu, nouvelle édition
Aurélie Le Marec
Editions Neva/Un Dimanche Après Midi,
Paris, 2018, 128 pages
18,50 €


Le furoshiki, un jeu d'enfant, plus de 20 pliages et créations!
Aurélie Le Marec
Editions Neva/Un Dimanche Après Midi,
Paris, 2019, 48 pages, 10,90 €


Vous pouvez les commander sur la boutique

Réseau